Compte-rendu de l’Atelier Digit-Hum 2022 – “Ouvrir les données de la recherche sur les sociétés contemporaines” 

13 octobre 2022 – Paris. Comité d’organisation : Marie-Laure Massot (CAPHÉS, UMS 3610, CNRS-ENS), Agnès Tricoche (AOROC, UMR 8546, CNRS-ENS-EPHE), Florence Weber (ENS / CMH, UMR 8097, ENS-EHESS-CNRS-INRAE)

Voir le programme de l’évènement

Je propose un compte-rendu personnel de cette journée d’étude à laquelle j’ai assisté, alors que les vidéos captées lors de cet évènement n’ont pas encore été diffusées1 (d’où d’éventuelles erreurs d’interprétation, et des manques). Ce compte-rendu, qui ne vise pas l’exhaustivité, est motivé par la volonté de faire connaître, sur ce blog, les débats et les critiques suscités par la science ouverte.

Les deux premières parties pourraient s’apparenter à “un marché des horreurs” : elles m’ont semblé utiles pour faire état des critiques suscitées, faire savoir qu’elles sont assez largement partagées par la communauté en SHS, et pour mieux introduire – dans une troisième partie – les propositions et contre-propositions autour de l’ouverture des données en sciences sociales.

1. Eléments de contexte pour resituer l’impression d’une injonction “top down” et contraignante

La politique de science ouverte est souvent perçue comme une injonction contraignante : plusieurs éléments de contexte, évoqués lors de cette journée, ont pu resituer cette perception de contrainte et d’imposition. Pablo Diaz a rappelé les origines libertaires et “bottom-up” du mouvement d’ouverture des données, pouvant contraster avec la politique aujourd’hui en œuvre : cette dernière impose une norme d’ouverture, suscitant en retour des postures défensives de justification du non-partage ; elle développe une rhétorique “gestionnaire” en arguant notamment d’un retour sur investissement (la production de données étant coûteuse) ; elle technicise les problèmes posés par ce cadre, en proposant des solutions techniques ou procédurales (infrastructures numériques, outils de stockage, Plans de gestion de données – PGD…). Johanna Siméant-Germanos a souligné que cette injonction à la science ouverte ne trouvait pas ses origines dans quelques fautes commises par les SHS, mais avant tout dans des expérimentations médicales problématiques (ex : affaire du sang contaminé). Cette genèse peut rendre compte, en partie, de l’inadaptation du cadre juridique à “la dimension proprement humaine des sciences sociales” soulignée par Daniel Bizeul – qui, comme la littérature, s’attache à des aspects de l’existence qui nous tracassent, prennent aux tripes, empêchent de dormir… – et qui empêche (rend impossible ?) la standardisation des pratiques et des produits. Cette genèse peut aussi rendre compte, en partie, d’un certain “misérabilisme” du cadre juridique et des comités d’éthique : comme le remarquait Johanna Siméant-Germanos (qui enquête notamment auprès d’hommes politiques), ces comités semblent partir du principe que les enquêtés seraient “tous dominés et vulnérables”. Le mouvement d’ouverture des données paraîtrait d’autant plus allogène que le partage des données (qui suppose leur structuration) est loin d’être coutumier en SHS, renvoyant notamment à des questions épistémologiques toujours débattues – comme celle, détaillée par Lucie Fabry, de la nécessaire formalisation qui opposait Gardin à Lévi-Strauss. D’autres éléments de nature diverse peuvent nourrir un certain sentiment de défiance vis-à-vis de cette politique d’ouverture, comme le refus du gouvernement – confirmé par Marin Dacos suite à la question d’une auditrice – d’imposer l’ouverture des données créées dans le cadre des Crédits d’impôts recherche (CIR) pour “ne pas décourager la recherche, l’innovation et la compétitivité du secteur privé” ; et les aspects problématiques de l’application de cette politique en sciences sociales.

2. Aspects problématiques de la politique d’ouverture – et des comités d’éthique – en sciences sociales

L’ouverture des données de recherche, qui doit notamment être conforme à la réglementation sur les données personnelles, pose des difficultés en sciences sociales : plusieurs d’entre elles ont été présentées. Johanna Siméant-Germanos a également fait état des problèmes posés par la standardisation de l’éthique, incarnée par les avis des comités d’éthique ; c’est pourquoi son intervention portait plus généralement sur ce qu’elle a nommé “la bureaucratisation de la vertu scientifique”. Ces difficultés sont relayées ci-après, dans le souci de rendre compte des points abordés lors de cette journée, mais également parce que les avis de comités d’éthique, s’ils ne sont pas encore rendus obligatoires pour la plupart des recherches en sciences sociales en France2, pourraient le devenir, et sont déjà requis par certaines revues (notamment anglophones).

La politique d’ouverture des données est susceptible de générer – et parfois accentuer – des inégalités au sein de la communauté de recherche, suivant différentes oppositions. Pablo Diaz a souligné l’importance des particularités disciplinaires, en distinguant par exemple l’ethnographie (qui garantit une certaine confidentialité des sources) de l’histoire orale (qui enregistre et archive quasi systématiquement) ou de la chimie (qui produit des jeux de données associés à des Impact Factor dans certaines revues). Il a également souligné le rôle des identités professionnelles, qui se distinguent notamment par différentes nécessités de “production” et d’ “analyse” (qui peuvent recouper des spécificités disciplinaires) ; à titre d’exemple, il semble partagé (sans être formalisé) qu’un anthropologue doive “faire du terrain”3 . Les thèmes et les sujets de recherche sont une troisième source d’inégalités des chercheurs face à l’injonction d’ouverture. Certaines enquêtes nécessitent de la confiance et de la confidentialité, engendrent même un “attachement affectif” aux données, quand d’autres sujets d’investigation sont détachés de ces contraintes : la géologie par exemple ; mais aussi des études – comme celles d’Amérique du Nord sur les peuples autochtones – pour lesquelles l’archivage des données est plus systématique car éthiquement nécessaire sous peine d’invisibilisation. Pablo Diaz a également mentionné les inégalités générées par les conditions matérielles ; inégalités également soulignées par Chloé Buire et Bastien Miraucourt lors de la présentation de la revue Sources qui propose une offre de structuration, référencement et diffusion des matériaux d’études africaines. Le coût de l’ouverture des données peut également se mesurer en temps de travail : à titre d’exemple, le dépôt sur la plateforme BeQuali des matériaux de l’enquête menée par Daniel Bizeul au Front national dans les années 1990 (notes de terrain, récits biographiques, documents internes, journal intime) a nécessité un an et demi de travail et d’attention partagés entre le sociologue et les ingénieurs BeQuali 4. Enfin, Johanna Siméant-Germanos a insisté sur l’exposition des chercheurs les plus précaires aux difficultés soulevées par ce mouvement d’ouverture, la réglementation des données personnelles et les exigences des comités d’éthiques. Les raisons de cette sur-exposition des plus précaires (que la politiste n’a pas eu le temps de détailler) sont sûrement multiples : de nombreux contrats doctoraux et post-doctoraux sont pris en charge par des projets de recherche financés, de type ANR ou ERC, qui imposent l’ouverture des données et la rédaction de PGD ; on peut également craindre une division du travail scientifique, au sein des projets, qui relègue les questions juridiques, éthiques et d’ouverture aux jeunes chercheurs ; on peut également craindre que l’injonction d’ouverture – susceptible de se confondre avec la démonstration des preuves – s’exerce davantage sur les dominés du champ scientifique, que sur les chercheurs reconnus en situation d’autorité scientifique ; enfin, en partageant leurs données fraîchement collectées, les jeunes chercheurs ont davantage “à perdre” que les générations précédentes, lesquelles auront pu publier plusieurs articles en s’appuyant sur des données dont elles avaient le monopole, sans craindre de concurrence.

La politique de science ouverte peut ensuite générer des situations de double contrainte, dans lesquelles les principes éthiques peuvent s’opposer aux injonctions de numérisation et diffusion. Johanna Siméant-Germanos a rappelé qu’Alice Goffman, préoccupée par la confidentialité de ses données d’enquête, a brûlé la quasi-totalité de ses carnets ; acte que ses détracteurs n’ont pas manqué de lui reprocher, mettant en doute la véracité de ses propos5 . Les impératifs de diffusion sont souvent difficiles à concilier avec les principes éthiques du chercheur et la réglementation sur les données personnelles. Aussi la politiste s’inquiète-t-elle, dans ce contexte d’ouverture et de numérisation des données, de la capacité des infrastructures de stockage (proposées à la recherche) à garantir nos engagements de confidentialité. Le tragique exemple du “Boston College case” rappelle la vulnérabilité de ces engagements : il s’agit d’un projet commencé en 2001 dans l’université américaine Boston College sur l’histoire du conflit nord-irlandais et de l’IRA ; les chercheurs avaient interrogé des militants ayant eu recours à la violence, en promettant d’assurer la confidentialité de leurs propos ; mais la police américaine a usé de son droit de saisie en lien avec une affaire judiciaire, ayant eu entre autres conséquences la détention temporaire d’un enquêté6 . A l’inverse, par un excès de formalisation des pratiques de recherche en conformité avec la réglementation ou les standards d’éthique, on risquerait de contrevenir des principes éthiques habituellement pris en compte. Pablo Diaz évoquait ainsi le formulaire de consentement qui, signé au début de l’enquête, autorise le traitement des données personnelles sensibles ; pour autant, l’enquêté oublie très souvent la situation d’enquête, même au cours d’un entretien. Un enquêté peut notamment se livrer, se mettre à pleurer ; s’il l’avait su, il n’aurait peut-être pas signé ledit formulaire de consentement ; le chercheur serait en droit de traiter les données recueillies, et l’enquêté serait alors invité, s’il le souhaitait, à faire valoir ses droits reconnus par le RGPD7 (comprenant le droit d’effacement) mais dont l’application est en grande partie aménageable pour la recherche publique8.

Plusieurs intervenants ont ensuite souligné la décontextualisation souvent créée par le processus d’ouverture des données. Cette décontextualisation peut résulter de l’anonymisation rendue nécessaire, dans certains cas, pour s’assurer de la conformité au cadre juridique sur les données personnelles : ainsi, pour que les matériaux de Daniel Bizeul puissent être déposés sur BeQuali, les noms, prénoms et initiales notés dans ces carnets ont dû être enlevés, remplacés par des underscores 9 – or ces informations participent à rendre compte des rapports de force observés et du parcours des enquêtés. La FAIRisation, incluant la numérisation, l’indexation et le référencement des données (pour qu’elles soient “Findable” et “Accessible”) est aussi susceptible de participer à la décontextualisation des données d’enquête : ainsi la structuration des matériaux conçue par le chercheur – les liasses conservées par Daniel Bizeul étaient ordonnées par dates et évènements – peut se trouver bouleversée par le dépôt en accès ouvert (même restreint), pouvant contribuer au démantèlement du récit. L’avis des comités d’éthique, imposé par certaines revues, est également perçu par Johanna Siméant-Germanos comme un autre facteur susceptible de décontextualiser les produits de la recherche. La politiste a évoqué le cas d’un article rédigé par une doctorante, portant sur les demandes d’asile de Gambiens et Gambiennes LGBT, persécutés dans leur pays d’origine en raison de leur orientation sexuelle, auprès du HCR du Sénégal. Mais avant d’autoriser la publication de cet article, pourtant accepté par le comité de lecture, le rédacteur en chef a demandé d’anonymiser le nom des pays impliqués, sur recommandation d’un comité d’éthique : Gambie et Sénégal sont ainsi devenus “Country A” et “Country B”…  Cette décontextualisation est d’autant plus problématique en sciences sociales, que la prise en compte des éléments de contexte forge la spécificité de nos “sciences historiques” telles que les définissaient Passeron ; pour reprendre l’expression d’une intervenante : “plus on anonymise, moins c’est intéressant”.

La censure, y compris l’auto-censure, ont également été évoqués comme des risques de la politique d’ouverture, de la réglementation sur les données personnelles et de la standardisation de l’éthique. Nous pourrions nous inquiéter, comme Johanna Siméant-Germanos, d’une application de la réglementation qui – similaire à celle du “code Hayes” que les studios hollywoodiens des années 30 s’étaient eux-mêmes imposés – consisterait à éviter tout sujet jugé trop sensible par crainte de quelques reproches ou poursuites. Cette censure peut aussi prendre d’autres formes : l’invisibilisation de certaines expériences (on pense notamment aux enquêtes dans les milieux protégés, comme les prisons ; aux enquêtes sur les populations à risque, comme les délinquants ; aux enquêtes “à couvert”…) ; un accès plus difficile ou perturbé au “sens pratique”, i.e. ce que l’on ne questionne pas a priori (et qui ne peut être évoqué en amont de la recherche, dans un PGD notamment) ; mais aussi le “bidonnage” (présenter des documents de travail et de planification falsifiés aux financeurs de la recherche). Ces risques pourraient par exemple découler d’une obligation expresse d’administrer un formulaire de consentement au début de l’enquête, ou d’autres contraintes inappropriées au terrain d’enquête. A titre d’exemple, Johanna Siméant-Germanos a mentionné les réserves d’un comité d’éthique sur la technique “boule de neige” adoptée par une doctorante de l’Université de Laval pour approcher ses enquêtés résidant au Sénégal : le comité précisait qu’on ne pouvait utiliser les coordonnées d’une personne sans que cette dernière n’ait donné son accord préalable ; il invitait également la chercheuse à fournir une liste de personnes ressources (médecin, psychologue, juriste, etc.) que les enquêtés pourraient contacter en cas de besoin…

3. Propositions et contre-propositions pour l’ouverture des données en sciences sociales

Les aspects problématiques de l’ouverture des données, évoqués précédemment, reposaient en grande partie sur des exemples de projets pouvant être perçus comme particuliers : rien n’oblige le dépôt sur BeQuali, et l’avis des comités d’éthique n’est pas requis dans la plupart des revues francophones… Néanmoins, ces questions d’ouverture concernent bien l’ensemble de la communauté de recherche en sciences sociales. D’une part, rappelons que les inégalités entre chercheurs face à l’ouverture des données (voir précédemment) s’observent dès à présent, creusées par le conditionnement de certains financements de la recherche à des standards de gestion de données (incluant PGD, ouverture…). D’autre part, l’une des ambitions de cette rencontre était d’inviter la communauté SHS à anticiper l’imposition graduelle d’un certain standard d’enquête, d’écriture, de stockage, lié à ce mouvement d’ouverture. Une impression semblait partagée par la salle : la “tambouille dans notre coin” pourrait ne pas durer… Aussi, nous pourrions considérer que les contraintes posées par l’ouverture des données nous amènent à discuter collectivement de nos pratiques de recherche, pour mieux les comprendre et les améliorer.

La politique de science ouverte repose sur des notions vaguement définies (et notamment celle de “données”, voir infra) ; ce flou pourrait être perçu comme une invitation à proposer nos acceptions, faisant écho à une question régulièrement énoncée lors de cette journée : Doit-on tout partager ? Qu’a-t-on vocation à mettre en commun ? Comme Marin Dacos l’a remarqué, le terme de “données” n’est pas défini : le conseiller au Ministère suggérait un parallèle avec les annexes des mémoires de recherche, l’amenant à rapprocher cette politique d’ouverture à une tradition déjà existante en sciences sociales. Considérer les données de recherche comme des “données administratives” serait également ambigu ; l’Etat aurait seulement accordé une exception à la recherche au titre du droit d’auteur ; mais la distinction entre une donnée et une “œuvre de l’esprit protégeable” n’a rien d’évident – Marin Dacos reconnaît des frontières complexes et renvoie les chercheurs vers les décisions de justice. Chloé Buire et Bastien Miraucourt ont distingué, parmi les acceptions les plus usuelles des “données” en sciences sociales, trois façons d’envisager les données : la première les restreint à un format quantifié ; la deuxième les désigne par l’interprétation d’une information brute ; la troisième les associe à des preuves (des preuves scientifiques et non juridiques, quiproquo assez révélateur que Florence Weber a mentionné lors des échanges, l’observant chez ses étudiants). Aussi, pour l’équipe de rédaction de la revue Sources, ce qui mériterait instamment d’être ouvert semble rarement au centre du débat : pour Chloé Buire et Bastien Miraucourt, cette ouverture doit passer par la traduction des publications en plusieurs langues, par des bibliographies intégralement en open access, par la discussion des standards d’écriture et normes de scientificité.

La dernière acception du terme “données” proposée par Bastien Miraucourt (des données comme “preuves scientifiques”) aurait pu être celle (j’imagine) motivant les efforts “d’automatisation” de Gardin et ses critiques vis-à-vis de Lévi-Strauss (le premier reprochant au second qu’en mettant l’accent sur des “transformations similaires, comme en géométrie”, il fallait être en mesure de le démontrer – cf l’intervention de Lucie Fabry). Elle renverrait également à une réception de cette politique d’ouverture comme une demande d’explicitation de notre façon de travailler (ce que Florence Weber a tenu à souligner). Aussi, comme l’appuyait Pablo Diaz, cet effort d’explicitation nous amènerait à clarifier nos postures, à interroger les “cultures du secret”, à préciser notre rapport à la production et à l’analyse de données (les tenants de la science ouverte défendant que la réutilisation permettrait de se focaliser sur l’analyse)…

Dans cette optique, Olivia Vieujean et Florence Weber nous ont présenté l’outil ArchEthno, et plus globalement l’atelier pédagogique dans le cadre duquel il est utilisé. Cet atelier repose sur des propositions particulièrement stimulantes autour du respect des principes éthiques dans les enquêtes ethnographiques.

Quelques mots sur ArchEthno et l’atelier “La Souterraine”

ArchEthno est un dispositif de collecte, structuration et archivage des matériaux pour l’ethnographie. Ce dispositif a d’abord été utilisé dans un cadre pédagogique, celui de l’atelier “La Souterraine” qui propose à des étudiants de l’ENS et EHESS de réaliser une enquête de terrain sur les dynamiques sociales, économiques et environnementales d’une petite ville rurale de la Creuse. L’atelier, répété d’une année sur l’autre, ambitionne une démarche cumulative ; il accorde également une place centrale à la photographie ; et comprend l’organisation de deux expositions photographiques : l’une sur le terrain d’enquête, l’autre à l’ENS.

La photographie (son usage, son exposition) comme outil révélateur des principes éthiques d’une enquête

Comme pour la restitution d’autres matériaux (par exemple via les transcriptions d’entretiens ou les publications d’articles), il existe plusieurs moyens de modifier le caractère confidentiel d’une photographie : on peut choisir de masquer le hors-cadre ou de le souligner, de légender par des patronymes ou des stéréotypes, de flouter certains éléments… D’autre part, la photographie partage un objectif commun avec l’ethnographie : “documenter pour agir : conserver, restituer, éclairer le débat public”.

Le recours à la photographie, en plus d’être dépendant d’un “droit à l’image” plus simple et/ou moins ambigu que le droit des personnes dans le cadre du RGPD, apparaît particulièrement bienvenu pour questionner la notion de confidentialité dans un contexte d’enquête ethnographique : que peut-on photographier et exposer, comment et à qui ? En effet, cette notion de confidentialité varie selon les lieux (différentes interdictions sont rencontrées à la maison de santé et dans un cabinet médical), selon les personnes (certaines demandent à être photographiées, d’autres ne le souhaitent pas), selon que le milieu soit caractérisé ou non par l’interconnaissance (ce qui est perçu comme choquant ou gênant dans l’exposition sur le terrain d’enquête, ne l’est pas dans l’exposition à l’ENS, et inversement).  Cette pratique de la photographie invite ainsi à dépasser le cadre juridique sur les données personnelles, voire les recommandations relativement standardisées des comités d’éthique, pour appréhender les différentes définitions du secret dans le monde social, et pour réfléchir aux cercles de partage des matériaux et données (quels accès pour qui, pour quels intérêts, et sans risques ?). Elle propose aussi une définition collective et a posteriori de la confidentialité (s’opposant à l’anticipation des risques a priori, telle que prescrite par les PGD)  L’organisation de l’exposition photographique, et l’archivage dans ArchEthno (voir plus loin), obligent les étudiants à travailler la question de la restitution auprès des enquêtés (l’une des premières préoccupations éthiques de l’ethnographe) ; d’autre part, elles engagent ostensiblement des responsabilités multiples – celles de l’ethnographe, du responsable de l’enquête, de l’institution, du lecteur autorisé – soulignant la nécessaire dimension collective de l’ouverture des données.

Le logiciel ArchEthno comme outil révélateur des “données” d’enquête (vs matériaux)

La présentation du logiciel a été relativement rapide et celle que je vous propose est susceptible de contenir quelques erreurs. Entre autres, l’application ArchEthno propose une structuration des données en trois rubriques : un dossier “Recherche” qui regroupe les métadonnées de l’enquête ; un dossier “Ressource” dans lequel sont versés, par séquences, les matériaux collectés lors de l’enquête renseignés par diverses variables, comme : contexte (ex : “tenir”), cas (ex : “s’accrocher”), niveau de confidentialité (1 = exposition ; 2 = accès restreint à l’équipe de recherche) ; et un dossier “Structuration” dont les sous-dossiers sont autant de pistes de réponses à une question de recherche formalisée au cours de l’enquête : c’est ici que les matériaux (sélectionnés, réagencés) sont “transformés” en données.

Ce dispositif permet ainsi, et notamment, de distinguer les “données” des matériaux, de décider collectivement de ce qui est diffusable (au regard de la confidentialité, mais également de l’intérêt scientifique), et d’archiver des données d’enquête – point essentiel pour les ethnographes, en quelque sorte historiens du contemporain.

L’atelier “La Souterraine” souligne la pluralité des perceptions de la confidentialité. Lors de son intervention, Denisa Butnaru a décrit différents types de secrets propres aux domaines industriel, militaire et médical, qu’elle a dû prendre en compte – via des “contrats contextuels de silence” – au cours de son enquête sur les exosquelettes. Le terrain “interdit” et “censure” : aussi faudrait-il faire valoir cette “pré-sélection” des données collectées dans l’explicitation des démarches scientifiques. Johanna Siméant-Germanos a également proposé de bien insister, en amont d’une enquête ou d’un entretien, sur ce que l’on ne souhaitait pas savoir – une sorte d’application du principe de “minimisation des données” défendu par le RGPD.

Il faudrait aussi réfléchir aux instances décidant des autorisations de diffusion, de publication voire d’enquête, comme nous y a invité Johanna Siméant-Germanos. Pour éviter que des décisions issues du milieu médical (dont s’inspirent une majorité des comités d’éthique) contraignent les SHS, mais aussi pour souligner l’intérêt d’une réelle discussion collective autour de ce qui est diffusable (ce dont témoigne l’atelier “La Souterraine”), il semblerait opportun d’opter pour des instances d’ “échelles proches” ; la politiste proposait ainsi l’échelle du laboratoire – qui resterait bien évidemment à débattre. Elle a ensuite souligné la nécessité d’organiser ou de négocier la protection des chercheurs les plus précaires, davantage exposés aux injonctions de science ouverte, aux risques de censure et de refus de publication. Elle a enfin questionné la possibilité d’appliquer le “secret des sources” (secret protégé pour les journalistes) : non pas comme principe, mais comme compromis tactique. Pour Florence Weber, nous aurions intérêt à défendre autre chose que le journalisme : au-delà du témoignage et de la découverte, nous devons faire valoir le raisonnement logique, les matériaux ethnographiques, les pratiques de démonstration et de validation.

Enfin, pour Florence Weber, il serait crucial d’inscrire juridiquement le droit des chercheurs de ne pas partager, pour contrer les suspicions (celles que l’on imagine à l’origine de cette politique d’ouverture, et celles que les chercheurs expriment vis-à-vis de cette même politique) et permettre une véritable réflexion sur les données et les données à partager. On imagine que cette dernière proposition peut être perçue comme un “retour en arrière” par de nombreux tenants de la science ouverte ; elle remet nécessairement en cause la façon dont la politique de science ouverte se déploie, normative et assez peu soucieuse des spécificités disciplinaires. Il semble d’autant plus nécessaire de continuer les débats engagés lors de cette journée, pour tirer profit des opportunités d’explicitation accompagnant ce mouvement d’ouverture, sans empêcher la description du monde social par les sciences sociales.

Notes



Citer ce billet
Aliette ROUX (2022, 24 octobre). Compte-rendu de l’Atelier Digit-Hum 2022 – “Ouvrir les données de la recherche sur les sociétés contemporaines” . So MSH ! Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugfv

  1. Si les vidéos prises lors de cet Atelier seront diffusées, elles le seront probablement à cet endroit : https://digithum.huma-num.fr/atelier/ []
  2. La loi n° 2012-300 du 5 mars 2012 relative aux recherches impliquant la personne humaine (dite loi Jardé) impose l’obtention d’un avis favorable du comité de protection des personnes (CPP) pour certaines recherches, notamment “biomédicales”. Les comités d’éthique pour la recherche (CER) sont d’autres instances pouvant être mobilisées pour les recherches en sciences humaines et sociales “hors loi Jardé”, souvent pour répondre aux demandes de revues scientifiques. []
  3. Pablo Diaz a même fait état d’une collègue anthropologue canadienne qui, basant uniquement sa recherche initiale sur des données secondaires, avait dû “refaire un terrain” pour obtenir un poste. []
  4. Dans une publication récente, Daniel Bizeul décrit et analyse de façon détaillée l’ensemble du processus de dépôt de ses données d’enquête et ses conséquences : Daniel Bizeul, 2021. “Faut-il tout dévoiler d’une enquête au Front national ? Réflexions sur le partage des données et le devoir éthique en sociologie”, Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°150, pp. 70-105. []
  5. Sur ce point, on pourra obtenir plus d’informations dans l’article de Linda Haapajärvi, 2016. « La crédibilité de l’ethnographie en question. Bilan critique de On the Run d’Alice Goffman et de sa réception publique », Sociologie, vol. 7, no. 3, pp. 301-312. []
  6. Le “Boston College case” est présenté dans l’article de Myriam Fellous-Sigrist, 2019. “Risques et enjeux de la parole”, Bulletin de l’AFAS, n°45. L’autrice rapporte alors que “l’une des erreurs du projet […] semble avoir été une méconnaissance de la règlementation juridique (droit de la police de saisir des entretiens en lien avec une affaire judiciaire, même si un contrat de dépôt stipule que les entretiens sont scellés) ainsi que l’absence d’une évaluation éthique avant le début du projet.” []
  7. Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (RGPD) du 27 avril 2016 – voir la version en vigueur []
  8. Sur les aménagements possibles des droits des personnes dans le cadre du RGPD : → voir partie 5.3., étape 5 du billet “Comment traiter des données personnelles en SHS : étapes élémentaires” []
  9. L’anonymisation des enquêtés s’est imposée pour des raisons juridiques, mais aussi (voire d’abord) déontologiques, par loyauté envers les personnes et pour éviter de leur nuire par des informations compromettantes ou qu’ils jugeraient défavorables. Vis-à-vis de la réglementation sur la protection des données personnelles, cette méthode d’anonymisation a supposément été requise parce qu’aucune dérogation au traitement des données sensibles (consentement des personnes ; données rendues manifestement publiques ; ou avis de la CNIL) ne permettait la conformité de cette diffusion (pourtant restreinte aux chercheurs) à la réglementation sur les données personnelles. La diffusion de données personnelles non anonymisées est possible, sous réserve que les personnes aient signé des autorisations de diffusion ; ce qui n’a sûrement pas été fait non plus dans le cadre de cette enquête pour des raisons évidentes. Pour plus de détails sur le dépôt de ces données et ses conséquences, nous renvoyons le lecteur vers l’article de Daniel Bizeul sur ce sujet (Daniel Bizeul, 2021. ibid – voir note 4). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.